Programmation

Ils étaient présents en 2017

 

Chris BERGSON ( USA ) 

Né à New York City , Chris BERGSON accompagne les chanteurs de jazz Annie Ross, Dena DeRose, Sasha Dobson et Norah Jones puis sort "Blues for Some Friends of Mine" et "Wait for Spring" chez Juniper Records

Avec le temps, il intègre le blues à son répertoire, tout en y ajoutant des influences pop. Il poursuit avec "Blues" en 2003, "Another Day" en 2005 et fait une percée artistique triomphale, largement plébiscitée.

Il sort "Fall Changes", en 2007 puis "Blues" (classé n°1 par le magazine MOJO) qui l’identifie comme "un auteur compositeur émouvant, convaincant et expressif à l’inspiration urbaine d’une grande acuité". Enregistré au studio de Levon Helm, à Woodstock, cet album permet à Chris Bergson d’être l’invité personnel du célèbre batteur sur sa scène du Midnight Rambles et lui ouvre la porte de festivals aux Etats-Unis et de tournées ultérieures en Europe.

En 2011, il sort "Imitate the Sun" (classé n°2 en 2011 par le Magazine MOJO).

Le chanteur et guitariste Chris Bergson s’est imposé comme « l’un des auteurs compositeurs les plus créatifs de la musique blues moderne » (All Music Guide).

Guy VERLINDE (Bel) 

Avec Marino Noppe , il a commencé à l'âge de 25 ans, le groupe Mo Rice où il se concentrait sur le contrôle des bluesharp  . Pendant ce temps , il a développé dans l'harmoniciste. Son style de jeu a été fortement influencé par Sonny Boy Williamson II , Junior Wells , James Cotton et Lester Butler . Fin 2011 Lightnin « Guy a rejoint le record français Dixiefrog. Aussi à la fin de 2011, il a gagné 41% des voix du Blues Challenge belge. Il a représenté donc les 16 et 17 Mars Belgique au European Blues Challenge à Berlin. Guy Verlinde se produit en solo ou avec backing band The Mighty Gators .

ISAYA (Fr) 

Voix suaves et ensorceleuses, Isaya est un duo, composé des énigmatiques soeurs jumelles Caroline et Jessica. La folk d'Isaya est envoutante, très rythmée, parfois blues, toujours balancée par ces voix puissantes et chaudes qui sont le fil conducteur de leurs compositions. Si c'est officiellement début 2010 qu'Isaya a pris la forme d'un duo qui compose, écrit et interprète ses propres titres, les soeurs ont débuté très tôt leur carrière artistique au sein de plusieurs groupes. Le projet s'est rapidement consolidé avec une signature chez Emi Music (en 2000) et des collaborations diverses notamment avec André Manoukian. Caroline et Jessica sont originaires d'Aix-en-Provence, mais leur soif de découverte les a rapidement propulsées à travers le monde. Leur talent leur a permis d'être remarquées, notamment par Matthieu Chédid (-M-) et Anaïs, dont elles ont fait les premières parties.

Bo Weavil (Fr) 

Multi-instrumentiste polyvalent, producteur et arrangeur, Matthieu Fromont travaille avec régularité depuis 1994 et est, à juste titre, identifié comme une référence européenne incontournable du Blues depuis 20 ans.

Que ce soit en trio avec Bo Weavil, (sa première formation), en duo avec Denis Ageneou ou avec Mr Bo Weavil, la rhythmique incisive et hypnotique de sa guitare et son chant incantatoire ont rendu son Blues roots unique et ont fait mouche systématiquement. En perpétuelle recherche, Matthieu Fromont entame aujourd’hui une nouvelle expérience collective avec Bo Weavil & Band.

Tel un alchimiste de la note bleue, il convoque les plus fines gâchettes de Loire-Atlantique pour donner naissance à ce « A Son of Pride ». On retrouve donc à ses côtés l’incontournable et talentueux Igor Pichon à la basse (Malted Milk, Nina Attal, Lucky Peterson…), Bastien Alzuria à la guitare, Nicolas Mary aux claviers, Yvan Don Tamayo aux congas et bongos, Alain Baudry (Xavier Pillac, Mudzilla…) et l’indéfectible Simon Oriot à la prise du son. La France a d’incroyables talents… Bo Weavil en est un immanquablement !

Larry GARNER (USA) 

Ayant grandi à Bâton-Rouge, et ayant appris la guitare grâce à son oncle et deux autres aînés, il a comme première influence le guitariste-révérend Utah Smith. C'est à Bâton-Rouge qu'il fait la connaissance des musiciens locaux Lonesome Sundow , Silas Hogan, Guitar Kelley et Tabby Thomas.Ses influences musicales vont de Hogan, Clarence Edwards , Jimi Hendrix à Henry Gray. Thomas' nightclub et, Tabby's Blues Box, lui offrent de jouer régulièrement dans les années 1980 et lui donnent la matière pour une de ses chansons de l'album Double DuesNo Free Rides.
Garner remporte l'International Blues Challenge en 1988, et ses deux premiers albums, Double Dues  and Too Blues, sortent sur le label britannique JSP Records  .

SUGARAY RAYFORD 

Si l’homme en impose par son physique et son charisme, il est aussi impressionnant par sa puissance vocale hors du commun qui propage une énergie palpable dans tous les recoins de l’auditoire. Originaire du Texas, Caron « Sugaray » Rayford est élevé par sa grand mère après le décès de sa mère - à qui il rend un hommage poignant dans «I Sing the Blues». A l’âge de 12 ans, il part pour la Californie, qu’il ne quittera plus. Avec son groupe Aunt Kizzy’z Boys, il devient la coqueluche des stars de Los Angeles, qui font la queue pour jammer avec lui sur scène - des personnalités aussi variées que Joe Louis Walker, Dennis Quaid, Slash…. Son premier album « Blind Alley », pour lequel Al Kooper (Bob Dylan, Rolling Stones…) lui écrit deux titres, est unanimement salué par la presse en 2010 et lui permet de rejoindre le combo All Stars californien Mannish Boys ainsi que le label Delta Groove Productions. Le succès est définitivement au rendez-vous lorsque les titres de Sugaray commencent à apparaître dans des séries TV comme «True Blood». En 2012, entre deux tournées européennes, Sugaray rejoint la troupe du célèbre spectacle «Ain’t Nothing but the Blues» - un classique du Music-Hall américain - à Portland. Quelques mois plus tôt, il avait déjà dû refuser le rôle de Howlin’ Wolf pour un show à Broadway, afin de pouvoir faire ses premiers pas en France. Son second opus, “Dangerous”, sort en 2013 et asseoit définitivement son statut de Légende du Blues & Soul. Réclamé par les plus grands festivals de Blues dans le monde entier, encensé par les medias, Sugaray conquiert le coeur du public à chaque concert grâce à son talent, sa sensibilité, et sa générosité.

 

RONAN 

RONAN OneManBand est bien un pur breton (de Ploemeur) et son Blues est à l’image de sa terre. Dur et sans fioritures, posé par une voix sépulcrale et porté par des engins étranges et peu usités jusqu’alors en terres bigouden (dobro, banjo, cigar-box fabriqués maison). RONAN nous emmènera visiter son univers fait de compos très originales et de somptueuses reprises de Muddy Waters, RL Burnside ou Calvin Russel (sa version de « Soldier » est tout bonnement époustouflante) et comme le garçon est aussi sympathique que talenteux…

The HONEYMEN 

Fondé par Jimmy (guitare) et Elmore (harmonica) Jazz, après la séparation du légendaire quatuor « Doo the Doo » en 2002, le duo HONEYMEN est devenu une référence du Blues hexagonal. Les deux frères, quimpérois, prétendent que le Blues est venu à eux à la nage, dérivant depuis le Delta du Mississipi jusqu’aux rivages de la Bretagne… Faut-il les prendre au sérieux ? Sans doute ont-ils vraiment baigné dedans car la « musique du diable » suinte par toutes leurs pores dès qu’ils sont sur les planches et ça déménage sacrément, avec un répertoire qui rend hommage aussi bien au Delta qu’à Chicago. Ambiance assurée avec deux lascars qui n’engendrent pas la mélancolie.

Philippe MENARD 

Philippe Ménard,  souvent qualifié "d’homme orchestre" du Blues et du Rock’n’roll, a remis à l'honneur la tradition du blues dans laquelle un seul musicien joue à la fois de la guitare, de l'harmonica, et de diverses percussions. Il alterne avec nuance les couleurs sonores : acoustique et électrique, restant fidèle à son style "rock-blues". Cette formule lui permet de présenter ses compositions et d'interpréter celles des précurseurs du genre.

Dave ARCARI

Dave Arcari, qui vit quasiment sur la route comme un hobo des temps modernes, définit sa music comme un cocktail de blues, de trash country et de rockabilly. Si sa « National steel » évoque le Delta, son accent et sa voix rocailleuse fleurent bon l’Ecosse. C’est son copain Seasick Steve qui en parle le mieux « That boy bleeds for you – he’s a real down deep player and a soul man... ».